Samedi à 8h00 nous prenons possession du petit camion de location. Au lieu du 10 m3 commandé, nous bénéficions d'un Iveco 35C12 de 12 m3, au même prix. Bonne affaire. Solène voulant échanger son lit actuel contre les lits superposés qu'il y a chez Maman, nous commençons par charger le camion avec son lit de Bourges, plus quelques cartons et ma collection de trente ans de Science & Vie ! A Cosne nous chargeons tous les objets que je veux garder et qui entrent dans le camion : lit double (sommier et matelas), coffre en bois précieux, plusieurs tables et fauteuils, des lampadaires, une grande télévision, des tapis, des vêtements, des cartons pleins d'objets divers, de papiers, de livres, etc. Car j'ai l'intention de garder le maximum de choses qui appartenaient à Papa et Maman, aussi bien meubles que livres, objets et souvenirs divers. La plupart des meubles sont anciens ou viennent de La Réunion, en tout cas je les ai toujours connus. Nous les entreposerons dans notre maison de Bourgogne, soit à la place de meubles sans valeur, soit au grenier. Nous garderons quelques meubles et appareils récents pour meubler le futur appartement de Benjamin, et nous vendrons ou donnerons les meubles les plus récents ou les meubles sans valeur. Les meubles à garder les plus imposants seront déménagés ultérieurement par un professionnel.

Une fois le camion rempli jusqu'au toit nous prenons la route. Rapidement je me familiarise avec la conduite du camion, qui avance bien malgré le poids. Le plus gênant est le bruit assourdissant, surtout en comparaison avec une voiture. Avant d'arriver à destination nous faisons les courses pour subsister deux jours sans bouger le camion. Quand nous arrivons nous constatons qu'il a neigé : de nombreux paquets de neige subsistent encore dans toutes les zones d'ombre. Nous déchargeons le camion en entassant tous les objets dans la salle principale au rez-de-chaussée. C'est impressionnant, c'est à peine si nous pouvons nous déplacer encore.

Puis, prenant notre courage à deux mains, nous commençons à jouer au taquin dans la maison : monter des meubles à l'étage ou au grenier, les remplacer par d'autres nouvellement arrivés, remplacer le grand tapis, ouvrir les cartons, etc. Nous avons un problème avec le sommier à deux places qui ne passe ni par l'escalier, ni par la fenêtre. Heureusement le lendemain deux voisins camionneurs viendront nous aider en un tournemain à monter ledit sommier par le balcon. Du coup nous pouvons continuer à réaménager le premier étage. Nous irons jusqu'à déplacer de trente centimètres le buffet en chêne (sur des patins de Téflon) pour caser la télévision.

Finalement après des heures de travail acharné, des bleus, des coupures, des écrasements de doigts, tout est à peu près en ordre et nous sommes satisfaits. En particulier nous aimons bien le salon "tropical" installé au rez-de-chaussée avec les fauteuils réunionnais, le lampadaire malgache, le tapis tunisien et le coffre en bois précieux (camphre) chinois. L'agencement de la maison est bouleversé, mais c'était nécessaire.

Pour couronner le tout nous avons droit à une belle averse de neige lundi matin. Dimanche matin déjà il avait neigé un peu mais lundi ce sont au moins sept à huit centimètres qui tombent, recouvrant tout le paysage. Du coup pour changer d'air nous faisons une promenade pour prendre quelques photos de notre cher village enneigé.

Le retour s'effectue par Cosne pour charger les lits superposés et une armoire à destination de Bourges. Nous nous arrêtons juste au pied de Vézelay pour quelques photos et une petite pause... Enfin nous devons trouver encore quelques forces pour monter les lits superposés, Solène dormant par terre depuis vendredi.

Malgré ce travail important sur trois jours nous avons encore de longues heures de tri et d'emballage à passer dans l'appartement de Maman.