Le dernier fest noz avait été un semi échec à cause de la salle qui nous avait été imposée : mal située, difficile d'accès, peu adaptée à un bal. Du coup, peu de personnes avaient pu ou voulu nous rejoindre. Cette année il a lieu dans la salle des fêtes d'Asnières, à quelques minutes de Bourges. Grande, claire, bien équipée, cette salle est bien connue des amateurs de danse car de nombreux bals folks s'y tiennent régulièrement.

Nous arrivons peu après 21h00 et à notre surprise il y a déjà beaucoup de monde, plus que d'ordinaire à pareille heure. A 21h30 quatre-vingt cinq entrées sont déjà comptabilisées, c'est encourageant. Le groupe a commencé à jouer. Il s'agit de Ruz Reor, groupe venu de Bannalec, dans le Finistère. Groupe assez récent, formé de musiciens d'autres bagadou ou groupes, anciens ou encore en activité, leur musique est agréable et leur répertoire s'avèrera plutôt varié. A part quelques personnes attirées seulement par la musique, la majorité des gens dansent. Et la buvette fonctionne bien, autant pour les boissons que pour les crêpes et les kouigns.

Au bout d'une heure, ils laissent la place à Bersi'c, groupe de musique berrichonne venu de Vierzon. Les danseurs continuent de plus belle, pas sectaires vis à vis du style de musique. Seul bémol, Bersi'c jouera trop longtemps, une heure en tout, ce qui a lassé une partie du public. L'idéal aurait été qu'ils jouent deux fois trente minutes, mais ils ont refusé.

Ruz Reor repart de plus belle mais du coup ils sont obligés d'assurer la fin du bal, et ils jettent l'éponge au moins vingt minutes avant 2h00, épuisés. Qu'importe, leur concert aura été appréciée, et il se pourrait qu'ils reviennent dans le futur animer une autre de nos prestations. Au final, cent quarante-cinq entrées sont comptabilisées, un bon score. D'autant meilleur que deux autres bals folks, berrichons, avaient lieu ce même soir à quelques kilomètres à la ronde.

Une dernière remarque sur deux jeunes filles qui ont passé la soirée à danser ensemble, hors du groupe de danseurs. Venues des environs de Paris, très douées, elles connaissaient toutes les danses et les exécutaient parfaitement, parfois avec des variantes. Mais il a été peu apprécié qu'elles refusent de se joindre à la foule des danseurs, préférant s'exhiber au centre des cercles, en rupture avec l'esprit qui anime les bals folks, l'entraide, la communauté et le plaisir pris en commun.

Danseuses au fest noz