Bill Gates, fort de l'hégémonie sans partage dont il dispose sur les ordinateurs personnels (environ 95% sont équipés de Windows), a décidé d'augmenter sa fortune colossale juste avant son départ en retraite en tentant de forcer tous les utilisateurs de Windows à troquer leur Windows actuel contre un Windows Vista lourd, cher et tape-à-l'oeil. Car nous pourrions avoir le choix de garder un XP, pour ne citer que lui, sur des machines déjà datées, ou d'adopter Vista sur des machines récentes. Mais non, tout va être mis en oeuvre pour nous pourrir la vie. Les pilotes, les programmes, tout ce qui a besoin de Windows pour s'exécuter, va tendre à ne plus fonctionner sur un "vieux" Windows. Sans oublier les barrières mises pour gêner considérablement tout logiciel ou utilitaire du monde libre, ennemis déclarés du modèle économique de Microsoft.
Microsoft met en avant deux particularités de Vista, la sécurité et la beauté. Pour la sécurité il serait temps, car tout utilisateur pas trop néophyte de Windows sait à quel point c'est une passoire, colmatée un mardi chaque mois par des milliers de rustines, sans jamais parvenir à un niveau de sécurité cohérent et suffisant pour un utilisateur lambda. Mais cette sécurité va de pair avec une restriction des libertés à l'utilisation de Windows. Pour nous protéger, Microsoft va nous empêcher de faire un certains nombres d'actions, nous masquer un certain nombre de fichiers, de fonctions sous Vista (ce qui était déjà le cas avec XP, dans une moindre mesure). Il parait que ces mesures sont pour protéger la majorité des utilisateurs qui n'y connaissent rien en informatique de base. Pourquoi pas, mais justement, comme ils n'y connaissent tien, la sécurité sera toujours un problème pour eux, quelques soient les carcans dans lesquels on les contraint.
Quant à la beauté, avec entre autre sa fameuse interface Aero, parlons-en ! Pour l'utiliser, il va falloir des machines surpuissantes, ou mettre à jour des machines parfaitement fonctionnelles jusqu'alors. Et tout ça pour voir défiler ses documents en haute résolution, en 3D, qui vont sembler flotter sur le bureau. Et les icônes et tous les éléments graphiques sont surdimensionnés. C'est n'importe quoi ! Oublie-t-on le fait que Windows n'est qu'un système d'exploitation, une simple base pour n'importe quel programme, et doit au contraire se faire discret (et performant). Tout l'inverse de Vista. Sans parler des changements d'habitude, et du coût de la formation, en particulier dans les entreprises.
Quelques mots sur la publicité plus qu'envahissante : la quasi-totalité des portails web d'information ont sacrifié à la mode Vista, même ceux sans aucun rapport avec l'informatique (cinéma, vêtements, livres et disques, et bien sûr informatique). La campagne marketing (télévision, internet, cinéma, presse) a démarré le 20 janvier dans 20 pays et fournira en 60 jours 6,6 milliards d'occasions de voir le nouveau logiciel. C'est carrément de l'overdose. Même TF1 a pris sa commission au passage en diffusant un long spot de pub animé par Flavie Flament, un monument de mauvaise foi kitsch et une franche rigolade pour ceux qui ont encore un peu de libre-arbitre dans ce domaine.
Parlons maintenant des prix exorbitants en France. En gros, les prix en dollars américains ont été multipliés par 1,45 au lieu d’être divisés par 1,25 pour l'euro ! Certains pourraient arguer du surcout engendré par la traduction. Faux argument car la version canadienne, traduite elle aussi, ne présente pas un écart aussi important. La version la plus complète (Ultimate) coûte 380 € aux USA, 423 € au Canada et... 575 € en France ! Hallucinant !
Et le surcout sur le matériel ? Les experts s'accordent à dire que pour faire tourner Vista, le coût global d'un PC (simple somme du coût de chaque composant du PC) dépasse les 600 dollars, un prix environ 20 % supérieur à celui des configurations précédentes. Les prix seront encore plus élevés pour les consommateurs, qui paieront en plus l'augmentation de la marge des revendeurs. Car la fameuse interface Aero, tellement inutile, nécessite beaucoup de mémoire vive et une très grosse carte graphique, en général les parties les plus chères d'un PC. Les entreprises désireuses de passer à Vista auront tendance à acheter de nouvelles machines. Du côté des particuliers, le choix se portera plutôt sur la mise à jour de sa configuration actuelle, mais certains craqueront sûrement pour un nouveau PC équipé d'un Vista préinstallé, pour éviter les énormes difficultés de mise à jour.
Je ne sais pas ce qui me chagrine le plus : le foutage de gueule à l'échelle de la planète, ou le fait que quasiment personne ne s’en aperçoit. Ou encore la dictature technologique imposée à la part d'humanité utilisatrice d'un PC par une seule entreprise. Car depuis longtemps, je ne reproche pas à Microsoft la médiocrité, la lourdeur ou l'inutilité de ses logiciels (j'ai assez de connaissances pour y pallier), mais l'absence de choix ! Ce qui va malheureusement dans le sens de l'Histoire actuelle, la restriction des libertés dans beaucoup de domaines.