Je suis seul aujourd'hui, Christine et Solène sont parties respirer l'air pur au Mont-Dore. Je prends la route avec la Corsa et TomTom qui m'amène comme toujours devant la salle de concert, un peu à l'écart de la ville. Comme à mon habitude j'arrive avec une heure et demie d'avance. A travers les vitres du hall j'aperçois Marie et ses musiciens, ainsi que Ben, le webmaster du forum. J'appelle Ben, qui vient me dire bonjour, mais en partant dîner avec Marie et les autres au restaurant. Marie me fait une bise au passage et, bêtement, j'espère une fraction de seconde qu'ils m'invitent avec eux. Quelle présomption... Je m'installe donc dans la voiture, autoradio allumé. Au bout d'un moment, l'un des organisateurs vient gentiment me proposer de venir attendre au chaud dans le hall, ce que j'accepte avec reconnaissance. Trente minutes avant l'heure dite la file d'attente commence à se former, mais je suis évidemment le premier. A 20h30 les portes s'ouvrent et je choisis une place au troisième rang, à hauteur de scène. La salle est récente, jolie, bien agencée mais assez petite.
A 20h45 une jeune et jolie asiatique s'avance seule sur scène, habillée d'une stricte robe noire et accompagnée d'une guitare de couleur blanche. Elle se présente sous le nom de Little et commence à chanter d'une voix douce et haut perchée. De son vrai nom Aurélie N'Guyen, elle a 21 ans et étudie les arts graphiques à Ivry. Elle nous offre quarante minutes de chansons légères et bien dans l'air du temps, vraisemblablement autobiographiques. La musique légère et sa voix acidulée enrobent des paroles parfois dures et amères. C'est sympa, les textes sont jolis, inspirés des doutes et envies d'une jeune fille de son âge. A confirmer. Comme c'est la mode elle s'est fait connaître et remarquer par son site MySpace, au point de sortir son premier album le 7 avril prochain.
Après un court entracte les musiciens de Marie entrent en scène sur une intro musicale et commencent à jouer, puis Marie arrive en dernier, vêtue d'une robe noire façon gitane, qu'elle affectionne. Ils ont adopté depuis un petit moment cette façon de débuter le concert, qui met bien Marie en valeur. Et c'est parti pour presque une heure et demie de spectacle. Tiens, Franck commence aux claviers, c'est la première fois que je le vois faire ainsi. C'est aussi la première fois que je vois le nouveau quintet, avec Didier à l'accordéon et ça le fait bien ! Par exemple "Tourterelle" bénéficie nettement de l'apport de l'accordéon chromatique. Les musiques sont enrichies, plus variées, c'est très bien. Les orchestrations ont encore évolué sur certaines chansons, donc même après seize concerts je les découvre encore sous un nouveau jour. La mise en scène a aussi évolué, avec par exemple "Marchand de froufrous" enchaînée aux "Baleines", "La funambule" bien réorchestrée et quelques nappes de synthé sur "Pattes de loup". Il faut dire que je ne les avais pas entendus depuis plusieurs mois et qu'ils ont continué à travailler leur spectacle. Encore une nouveauté, la reprise de "Les fils électriques" d'Alain Souchon. Elle est parfaite, bien adaptée au répertoire et au style de Marie. En présentant "Ben alors quoi ?" Marie avoue que Renaud a finalement très mal pris cette chanson, puisque l'"affaire" est maintenant connue de tous. "Le temps des noyaux", où Marie joue seule au piano, me plaît toujours beaucoup. Elle présente "L'air du temps" (seule chanson non encore enregistrée sur disque) comme écrite suite à un "concert foiré" : lequel ? Mystère...
Je trouve ce concert vraiment au top. Les musiciens sont bien servis par un éclairage plus fouillé que d'habitude. Pas de couac, pas de trou de mémoire mais juste deux anecdotes qui font le sel des concerts de Marie. Avant "Chevaliers" elle prend son accordéon, détache la patte du haut du soufflet... mais pas celle du dessous. Et juste au début du rappel, avant "J'tai inventé", elle est prise d'un fou-rire à cause d'un rire un peu appuyé dans la salle.
A la sortie, j'entends plusieurs fois le qualificatif de "pétillante" et je trouve qu'il colle parfaitement à Marie. Je ne la reverrai pas sur scène avant son grand concert à la Cigale à Paris (aujourd'hui complet, avec plus de 1000 billets vendus) et je souhaite de tout coeur qu'elle y fasse un triomphe. Seul regret, nous n'étions que trois potes à ce concert.
La playlist (telle que je l'ai notée) :
  1. La belle vie
  2. Septième ciel
  3. La funambule
  4. Tourterelle
  5. Les baleines
  6. Marchand d'froufrous
  7. Les fils électriques (de Souchon)
  8. Paysage perdu
  9. Le temps des noyaux
  10. Le bistrot
  11. Manouche
  12. Gardez bien vos moutons
  13. Chevaliers
  14. Ben alors quoi ?
  15. Le curé
  16. Pattes de loup
  17. L'air du temps
  18. Le café noir
  19. Apprends-moi à en rire
  20. J'tai inventé
  21. Pas d'ma faute
Après le concert je discute avec deux représentants d'une jeune radio, pour l'instant sur Internet, Mega FM, venus interviewer Marie et prendre des avis de spectateurs. Ils ne sont pas déçus, car sur Marie je peux être très bavard !



Photos