Invités à Saint-Amand Montrond dans le cadre du festival La Rue est vers l'art, les Nains Flammables doivent se produire devant un vrai public, nombreux et curieux. Ils sont programmés en dernière partie de la soirée de samedi. Nous arrivons une bonne heure en avance. Une fois sur place, j'appelle Romain, qui vient nous chercher à pied. Une scène est montée dans la cour du palais de justice. Nous arrivons en plein show de Rigolus. Trois saxophonistes, deux batteurs debout et un guitariste envoient une grosse musique festive, mâtinée de jazz, ska, rock et glam, au grand bonheur d'une poignée de spectateurs gesticulant devant la scène. Je m'éclipse pour aller reconnaître les lieux où se produiront les Nains Flammables. C'est une petite cour derrière l'édifice, plongée dans le noir.

Avec un peu de retard les membres de la troupe préparent leur scène : panneaux de tissu, flambeaux posés par terre, etc. Il y a encore peu de spectateurs car le concert n'est pas fini. Mais dès que la musique s'arrête, la foule afflue et se presse autour du cordon de sécurité installé autour de l'aire de spectacle. Certains prennent des chaises mais la plupart s'assoient par terre. Une jeune femme vient présenter la troupe et lancer le spectacle. Celui-ci ne va durer que quinze minutes mais chaque minute compte et le spectacle est total. Il y a même une mise en scène déjà bien aboutie, qui va crescendo dans le spectaculaire, et qui ménage des effets très jolis, comme le passage du feu d'une fille à l'autre. Tout leur savoir-faire est passé en revue : mains de feu, éventails de feu, staff flamboyant, bâtons du diable, bolas enflammés, crachage de feu et enfin cordes de feu dans un véritable feu d'artifice.

J'ai posé l'appareil photo sur un trépied mais à cause de la foule je suis coincé et je ne peux me déplacer comme j'avais prévu. Les photos les plus jolies sont celles avec les mains de feu car Ely, la jeune fille qui les manipule, bouge lentement. Les commentaires dans le public sont admiratifs. Quand le spectacle est fini, les cinq artistes viennent saluer et poser un chapeau par terre. Celui-ci se remplit à vue d'oeil et j'espère qu'ils auront récolté une coquette somme d'argent.