Quand je dis du lait véritable, je parle du lait fraichement trait, sans aucune transformation, qui a autant de rapport avec du lait industriel que du camembert au lait cru avec du Babybel. C'est un pur délice ! Même si beaucoup de gens disent ne pas le supporter, car il est gras et a un goût caractéristique auquel ne sont plus habitués les citadins.

J'ai bu du lait comme ça pendant près de quarante ans chaque fois que j'allais dans la maison de mes parents en Bourgogne. J'en buvais souvent tout juste sorti du pis de la vache, chaud et mousseux. Jusqu'à ce que l'Europe s'en mêle et impose des normes draconiennes aux producteurs de lait, très au-delà des possibilités financières des petits éleveurs chez qui je me fournissais. Donc du jour au lendemain les vaches laitières ont disparu et la source de vrai lait s'est tarie en même temps. C'était un vrai drame pour l'amateur que j'étais.

Et là, surprise ! Benjamin a déniché la seule ferme vendant un tel lait aux alentours de Bourges ! Nul doute que j'aille y faire souvent mes emplettes.