Le nouveau Harry Potter est arrivé, tel un raz-de-marée : au cinéma il y a une séance par heure ! J'y suis allé plus par habitude que par réelle envie. N’ayant lu aucun livre, beaucoup de critiques sur la comparaison livre/film ne me concernent pas. Mais ce sixième opus ne m’a pas plus touché que les autres. Les histoires d’amour naissantes sont d’une mièvrerie confondante. Le “prince de sang mêlé” n'apparait que trois minutes avant le mot fin : pourquoi en avoir fait le titre du film ? Qui va diriger l’école dans la suite (même si on devine que le dernier tome ne va pas ou peu se passer à Poudlard) ? Sans parler des comédiens qui ont (beaucoup) grandi et qui rendent de moins en moins crédibles les personnages.

Au crédit du film, et même de la saga, je dois dire que Poudlard est toujours aussi belle, les effets spéciaux sont toujours quasi parfaits, les personnages clefs toujours aussi bien campés (Dumbledore, Hagrid).

Ce film plus posé que le précédent sonne comme une pause avant une grande bataille finale que j'espère grandiose. Pourvu que le dernier film, prévu en deux parties en 2010 et 2011, sera enfin spectaculaire, époustouflant, émouvant, etc.

Le seul vrai coup de gueule revient au cinéma lui-même : le film est coupé en deux par un entracte de dix minutes, soit-disant pour des raisons techniques ! J’ai horreur de me faire prendre pour un con à ce point là ! Les films sont maintenant numériques et livrés sur disque dur, celui-ci n’est pas plus long qu’un James Bond. L'exploitant pourrait avoir l’honnêteté de dire que la pause sert à vendre encore plus de confiseries !!!

AlloCiné