Organisé par l'association Baldebo, cette soirée rassemblait quatre formations musicales assez différentes : un groupe de musique irlandaise, Bouncing Feet, un duo de musique bretonne à danser, Blain & Lezour, un groupe de musique bretonne progressive, Esquisse, et un groupe de musique du Centre, La Bête Noire.

Comme l'affiche annonçait un concert de musique irlandaise suivi du fest noz proprement dit, nous arrivons à l'heure. Il y a la queue à l'entrée et la salle est déjà bien remplie. Au fond sont disposées les tables et les chaises, séparées de la scène par la piste de danse. Des comptoirs proposent des crêpes complètes et des boissons. L'entrée est très raisonnable, à huit euros. Par contre la chaleur est déjà étouffante alors que le bal n'a pas commencé. Nous retrouvons beaucoup de gens connus, en particulier quasiment tous les membres de Brug Arvor qui vont rarement dans les bals folks sauf les festou noz.

Le premier groupe, Bouncing Feet, entre en scène et commence à jouer. Les membres du groupe viennent de loin : Grenoble, Paris et Toulouse. Comme leur musique ne se prête pas beaucoup à danser, le public reste attablé et du coup un grand espace vide les sépare. Rapidement des gens vont s'asseoir par terre devant la scène et quelques danseurs se lancent sur les musiques les plus bretonnes. Leur musique est très sympa et la voix de la chanteuse est magnifique, les deux se marient très bien. Le courant passe bien avec le public, avec beaucoup d'humour. A l'occasion d'une pause le violoniste vient me taper sur l'épaule et me demander pour quel journal je prends des photos. Apprenant que je suis indépendant il me demande si je pourrais lui envoyer des photos. Je lui passe ma carte après le concert, en espérant qu'il me contacte.

Pendant le changement de scène, le duo Blain & Lezour, venu de Nantes, joue sur une petite estrade latérale. Lui joue de la guitare, elle joue du violon. Le duo est minimal mais leur entente est manifeste, et leur musique est nette et propre. Ils ne jouent que des airs à danser, du coup la piste de danse se remplit rapidement, jusqu'à l'encombrement. Les chaînes d'hanter dro sont interminables, on se croirait à l'espace Carnot pendant le festival de Lorient.

Après quarante-cinq minutes de purs airs bretons, c'est le groupe Esquisse qui entre en scène. Vu le nombre d'affiches et de flyers, leur réputation doit être grande. Sauf que leur musique ne me plait pas. Ce sont sans aucun doute d'excellents musiciens mais l'utilisation quasi exclusive de la clarinette et d'un petit saxophone au service d'une musique très tendance, déstructurée et syncopée, ne me va pas. Leur musique est de la même veine que celle de Carré Manchot, entendu à Angoulême. Cela n'empêche pas beaucoup de gens de danser mais au vu des pas plus que désordonnés il est clair que leur musique n'est pas limpide pour la danse.

Après un nouvel intermède avec Blain & Lezour le dernier groupe, La Bête Noire, monte discrètement sur scène. J'adhère tout de suite à leur musique. Originaires du Centre, habitués de Saint-Chartier, les quatre musiciens plutôt taciturnes proposent une musique hypnotique qui est une véritable invitation à la danse et au défoulement. Deux instruments traditionnels, vielle et cornemuse, joués par deux frères, sont accompagnés d'une basse et d'une batterie pour mon plus grand plaisir. En effet j'entends là le mariage de deux formes de musique que j'aime beaucoup. A la légèreté de la vielle et de la cornemuse répond la densité hypnotique de la basse et les sons graves de la batterie. Un régal.

Christine est fatiguée et n'aime pas trop la musique de La Bête Noire, nous rentrons donc avant la fin du concert, vers 2h00, contents de notre soirée.