Avec ce film fleuve (plus de deux heures et demie) Guillaume Canet creuse le sillon du Coeur des hommes de Marc Esposito. C'est un film choral où se retrouvent neuf adultes, qui sont en couple ou qui l'ont été, pendant deux semaines de vacances au bord de la mer. Ils auraient dû être dix mais l'un manque... Le fait d'avoir choisi le littoral Atlantique plutôt que la sempiternelle Côte d'Azur est un bon point au départ. Les acteurs sont tous excellents, d'un réalisme et d'une crédibilité rares. Seul François Cluzet dénote un peu car il surjoue trop, on dirait un Jacquouille des temps modernes. Même si son personnage veut qu'il soit hyperactif, trop c'est trop. J'avais peur aussi de retrouver Marion Cotillard, dont l'ego a légèrement enflé ces derniers temps mais non, elle joue bien, au diapason des autres. Malgré sa longueur le film ne lasse pas un instant. Les répliques sont actuelles et crédibles, l'humour et parfois la cocasserie des situations fait souvent sourire. L'émotion est bien sûr aussi présente, surtout à la fin où, à moins d'être vraiment resté en dehors du film, elle emporte tout sur son passage. La scène d'ouverture, très forte, sonne le spectateur et le livre complètement aux différents sentiments distillés par le film. Et la scène de fin, somptueuse, cueille le plus endurci comme un raz de marée. Il est d'ailleurs plutôt rare qu'un filme comporte à la fois une scène d'ouverture et une scène de fin aussi percutantes.

AlloCiné