Après un score de 1 à 1 ce fut les tirs au but, et l'Italie a été meilleure que la France. Au risque de passer pour un traître ou un extraterrestre, je suis bien content.

Car la coupe était pleine. Vous n'imaginez pas à quel point c'est suffocant quand on se contre-fiche du foot l'atmosphère qui régnait depuis des semaines, où il n'était pas possible d'ouvrir un journal, allumer la télé ou la radio, acheter une bagnole ou un carambar, dire bonjour à quelqu'un (même les étrangers sur ICQ !) sans que le foot soit le premier et unique sujet de conversation. Et vous imaginez ce que ça aurait été si la France avait gagné ! Alors j'ai bien droit à ma minute de provocation quand même !

Quant au geste de Zidane (coup de boule à un joueur italien, qui a provoqué son expulsion), cela prouve simplement qu'au fond de lui, malgré son prestige et sa carrière, Zidane reste un gosse des banlieues de Marseille.

Et il n'a aucune excuse ! Quand on est à son niveau, avec la carrière qu'il a, les valeurs qu'il défend (contre de l'argent...), l'exemple qu'il est pour toute une jeunesse, et l'enjeu (la finale de la coupe du monde) on ne pète pas un plomb devant 2 milliards de spectateurs.

Il est évident que le foot à ce niveau n'est plus un sport depuis longtemps mais un enjeu politique entre Nations, et c'est consternant. Je n'ai rien contre le jeu du foot en lui-même, même si je préfère les sports individuels. Je veux bien reconnaître que certains buts sont magnifiques, que certains joueurs sont des artistes, pas de problème. C'est tout ce qui tourne autour qui m'insupporte, ce côté "si t'aimes pas le foot t'es un gros con", cette overdose permanente.

Le côté positif est que dimanche soir on a bien dormi, il n'y avait aucun klaxon de joie dans la rue, le sommeil des gens a été respecté...

Pour finir, je voudrais dire un mot à propos d'un nouveau mini scandale dû à une initiative de la mairie de Bourges. La mairie aurait dépensé plus de 20000 € pour installer un écran géant près de la cathédrale, le soir de la finale.

Déjà que cet argent aurait été sûrement plus indispensable aux écoles ou autres associations qui doivent quémander le moindre euro pour subsister, mais le comble est que l'écran a été installé sur la façade de l'ancienne mairie... face au soleil couchant ! Donc l'image était invisible, l'écran paraissait blanc. Alors que quelques secondes de réflexion auraient conduit à placer l'écran le long de la cathédrale, dans la zone d'ombre.

Conclusion, il n'y avait personne devant l'écran, les amateurs s'étant rabattus devant les écrans plats des bars alentour.