Donc nous avons eu envie d'essayer, d'autant plus facilement que la "plage" de notre hôtel était mixte, avec la moitié accessible aux nudistes. Quand je dis "plage" c'est un euphémisme car en Croatie du sud la côte est tellement déchiquetée et rocailleuse que les plages de sable sont inexistantes. Au mieux on peut trouver des plages de (gros) galets mais le plus souvent les gens s'installent sur des rochers plus ou moins plats ou sur les nombreuses petites plate-formes en béton aménagées régulièrement le long de la mer. Ensuite l'accès à la mer se fait par une échelle ou plus fréquemment de façon acrobatique, de rocher en rocher.

De façon usuelle, on distingue le nudisme, plutôt occasionnel ou opportuniste, du naturisme, qui est plus un art de vivre sur le long terme :

  • nudisme : pratique personnelle de la vie au grand air dans un état de complète nudité,
  • naturisme : doctrine prônant le respect de soi, de la nature et des autres, dans la liberté, la simplicité et le bien être (vie en plein air, aliments naturels, nudisme).

En Croatie on peut trouver assez facilement des plages fréquentées par les nudistes, et sur la plupart des plages il est possible de pratiquer le nudisme, en se faisant simplement discret si la plage est principalement occupée par des "textiles".

Pendant sept jours nous avons passé de longs moments allongés nus au soleil au pied de l'hôtel. C'est la première fois et c'est un réel plaisir, un puissant sentiment de liberté et d'absence de contrainte. La légère appréhension sur le comportement à adopter disparaît au bout de quelques instants seulement, il suffit de faire comme les habitués déjà présents, installer sa serviette, enlever ses habits et aller se baigner, avant de revenir se dorer au soleil. Tout simplement. La proximité n'implique aucune promiscuité, bien au contraire. A la fois les gens sont ensemble, mais chacun reste dans sa bulle, respectant la bulle des autres : ils voient mais ne regardent pas. Parfois un goodbye peut être échangé si l'on passe devant quelqu'un en quittant la plage. Si l'on a des complexes, ils disparaissent rapidement car les corps dévoilés sont vraiment de toutes sortes, et les Vénus et Apollons bronzés sont minoritaires. La moyenne d'âge est plutôt dans nos âges, il n'y a pas de familles ni d'ados, mais essentiellement des couples et quelques personnes seules. Au-delà des morphologies c'est amusant de comparer les couleurs de peau : cela va du brun uniforme des habitués de longue date, au rose-blanc des débutants (comme nous) en passant par les gens bronzés sauf au niveau du maillot, d'un blanc qui tranche.

La cohabitation nous a paru très saine, il n'y a aucun voyeurisme, même si les gens en déplacement peuvent jeter un discret coup d'œil. J'ai été aussi étonné de l'absence totale de toute connotation érotique ou même sensuelle : voir des filles et des femmes nues dans ce contexte est parfaitement neutre, la meilleure preuve étant que tous les hommes sont "au repos"...

Autant je n'ai aucune attirance pour la doctrine de vie naturiste, avec son côté un peu militant et la vie dans des camps, autant le nudisme spontané pratiqué dans les conditions où nous l'avons essayé m'a beaucoup plu, et j'espère que nous aurons d'autres occasions de nous y adonner.