Hier, après un vrai petit déjeuner français, avec croissants, nous partons raccompagner ma mère chez elle. En chemin nous faisons halte à Sancerre. Il fait très froid, mais nous faisons quand même visiter la ville à Lingli, avec force explications, comme d'habitude. Le temps est gris et brumeux, c'est dommage car nous ne pouvons lui montrer la vue lointaine qu'on peut avoir d'habitude. L'heure du déjeuner étant passée nous nous arrêtons dans un grill pour une collation. Lingli goûte aux vins de Sancerre, rouge et blanc, et préfère le blanc. Avant de raccompagner maman nous montrons à Lingli les lieux importants de notre vie à Cosne : le lycée où j'habitais et le premier appartement de Christine. Puis nous allons chez les parents de Christine, et nous profitons de l'occasion pour montrer une vraie maison française à Lingli. Elle fait la connaissance de mes beaux-parents et de mon beau-frère.
Puis nous rentrons à Bourges, où nous sommes attendus par nos meilleurs amis. Nous passons un très bon moment, y compris Lingli, car deux des enfants de nos amis sont curieux des coutumes asiatiques, et Lingli accepte de montrer un peu de calligraphie et de décrypter des caractères chinois imprimés un peu partout. En rentrant à la maison, Lingli se fait à manger et nous finissons la soirée en regardant nos vieux albums de photos, ce qui fait bien rire Lingli.
Aujourd'hui nous continuons à montrer à Lingli des aspects de notre vie quotidienne. Le matin elle accompagne Christine faire des courses et en profite pour s'acheter (enfin !) des poivrons. A midi elle se mitonne un plat à elle avec poivrons, volaille et épices en tous genres, ce qui lui donne un large sourire. Après sa sieste, nous allons visiter le palais Jacques Coeur. Le guide, remarquable, a la gentillesse de parler assez lentement, et nous complétons pour Lingli avec quelques explications supplémentaires. Ensuite nous faisons un tour en ville dans quelques magasins, pour finir à la FNAC. Là, Lingli et moi regardons les films chinois disponibles dans le rayon spécialisé. Elle me dit que les films chinois à grand budget connus en occident, comme "Hero" ou "Le secret des poignards volants" amusent beaucoup les Chinois tellement tout y est invraisemblable. Au contraire, elle m'indique un film qu'elle connait bien en Chine, Tai chi master. Du coup je le prends, et nous le regarderons à la maison. Ce que nous faisons, une fois en français avant le dîner, une fois en chinois sous-titré après. Elle m'apprend que les deux langues chinoises disponibles sur les DVD sont en fait assez différentes : elle parle et comprend le mandarin, mais a des difficultés à comprendre le cantonnais. Pendant le repas, nous avons une conversation très intéressante sur les relations entre amis et collègues, en France et en Chine, ainsi que sur la différence entre les deux pays concernant l'attachement au passé. La soirée se termine à discuter des difficultés relationnelles qu'elle a avec ses parents, puis à essayer les costumes breton et berrichon de Christine. Une chinoise habillée en Bretonne, ça a de quoi surprendre, mais pourquoi pas ! Le dernier essayage sera pour la robe de mariée de Christine, qui plaît beaucoup à Lingli.