Vendredi nous avons fêté son anniversaire très simplement, avec trois de ses amis. J'aurais aimé fêter l'évènement d'une façon plus marquée, voire prendre des photos, car vingt ans n'arrivent qu'une fois, mais ça ne s'est pas fait.

Âge symbolique s'il en est, ses vingt ans marquent aussi le début d'une vie nouvelle pour lui car il va commencer deux ans d'études à Quimper. Et ce week-end, justement, nous l'avons installé dans le studio que nous lui avons trouvé. Il se prépare depuis plusieurs semaines, pratiquement en pensant à ses bagages, et mentalement sans aucun doute. Nous sommes tous passés par là, forcément, la vie en célibataire pour la première fois, et dans des conditions bien pires à notre époque. Même si cela sera agréable de ne plus retrouver un peu partout dans l'appartement de la nourriture, des emballages vides, des vêtements sales, et maints objets jamais rangés, il va pour la première fois manquer un membre de notre famille de façon durable. Et, forcément, ça va faire bizarre, surtout au début. Car Quimper n'est pas la porte à côté et, à cause de la SNCF qui oeuvre toujours à la centralisation des parcours ferroviaires, le nombre de trains entre Quimper et Nantes, puis Nantes et Bourges, a fortement diminué en vingt ans. Donc Benjamin ne pourra pas rentrer chaque week-end, et ne reviendra sans doute qu'aux vacances. Son retour sera à chaque fois une joie, à n'en pas douter.

En attendant, ses conditions matérielles de vie à Quimper seront presque idéales. Le studio qu'il va habiter est en plein centre piétonnier, dans la rue Kéréon, l'une des rues les plus visitées et toujours photographiée dans les livres sur Quimper. Il aura à sa porte tous les magasins ainsi qu'un marché couvert. L'IUT n'est qu'à une poignée de minutes en autobus, ainsi que les grands centres commerciaux, en particulier l'immense Leclerc.

Le studio est situé dans une des plus vieilles maisons de la ville, datant du XVème siècle. Il est assez grand (22 m²), entièrement meublé et équipé (linge, vaisselle, appareils ménagers en tous genres) et possède même une petite salle de bain avec douche. Ses inconvénients sont liés à l'âge de la maison : il est très sombre et tout biscornu. Mais la propriétaire a prévu de refaire entièrement les murs et de remplacer la moquette moisie par un parquet, aux vacances de novembre.

Outre les bagages indispensables, Benjamin a emporté de quoi recréer une partie de son univers préféré : peluches, DVDs, statues de dragons, affiches, photos, etc. Nous lui avons rempli les placards de victuailles, adaptées à ses goûts : pâtes, riz, purée, saucisses et pâtés. Nous avons aussi prospecté pour lui installer Internet. Malheureusement la ligne téléphonique n'est plus en service depuis des années, donc il faut faire venir un technicien de France Telecom. Et comme Benjamin n'est pas le seul à avoir besoin des services de France Telecom, le premier rendez-vous possible n'est que fin septembre. D'ici là soit il se passera d'Internet, soit il devra aller près de spots de wifi gratuit.