Le temps est superbe et la vue aussi : la mer turquoise au loin, avec la végétation verdoyante et la piscine au premier plan, c'est très sympa. Le petit déjeuner est servi dans la même salle que le dîner, sous forme de buffet évidemment. Les plats proposés sont nombreux mais standard, sans aucune originalité. Il y a beaucoup de pains différents et de viennoiseries, mais le jus d'orange frais est payant et on se sert soi-même le café à partir d'une machine. Les serveurs ne sont là que pour débarrasser. La différence de service entre l'hôtel d'Andalousie, l'an dernier, et celui-ci est flagrant : l'un était un 5* luxe, celui-ci n'est "qu'un" 5*. Il y a beaucoup de familles, d'enfants, parfois très jeunes, de jeunes couples et de Français. Pas vraiment la population propice pour un petit-déjeuner au calme.

A 10h00 nous allons au rendez-vous avec l'hôtesse d'Ilios, représentante d'Héliades sur place. C'est Katia, celle qui nous a accueillis à l'aéroport la veille. Elle parle tellement bien français que nous la pensons Française. Comme d'habitude elle nous présente quelques informations succinctes sur l'île, ses coutumes et ses habitudes. Puis elle détaille toutes les excursions, payantes, proposées par Héliades. Enfin elle nous remet une carte de l'île. Christine prend des notes, qui serviront à planifier nos propres excursions. La réunion se termine par un verre d'ouzo ou de jus d'orange offert.

A 11h00 nous devons rencontrer la personne de Sixt venue livrer la voiture de location. C'est une minuscule Chevrolet Matiz, qui sera bien suffisante.

A 12h30 nous prenons la route tout de suite après pour notre première escapade. Nous décidons d'aller vers le sud, plus proche de l'hôtel, car il est déjà relativement tard. Nous constatons vite que s'orienter en voiture sur l'île relève de la gageure. La carte est peu précise et les panneaux indicateurs presque inexistants. Et bien sûr les numéros de route n'apparaissent nulle part non plus. A un des premiers embranchements nous nous trompons de route et grimpons dans la montagne le long d'une route bordée d'oliviers. Nous arrivons dans un village minuscule, Agios Dimitrios, d'où nous avons un point de vue magnifique sur les deux côtes, est et ouest. Nous voulons redescendre sur la côte ouest mais non, nous nous retrouvons sur la côte est, près de Boukaris, petit port au bord d'une mer d'un très joli bleu. Du coup nous décidons de continuer jusqu'à la pointe sud de l'île en naviguant au gré des routes. Nous traversons plusieurs petits villages, dont certains ont des rues tellement étroites que la voiture, pourtant petite, y passe à peine ! Comme les distances sont courtes, nous arrivons très vite à Lefkimmi, la ville la plus importante du sud. La ville n'a aucun intérêt, si ce n'est un petit canal traversé par un pont d'allure italienne et bordé de terrasses ombragées. Nous continuons jusqu'au bout de la route pour arriver à Kavos. C'est une station balnéaire typique, avec son lot de sex-shops, de boîtes de nuits, de restaurants en tous genres et de boutiques touristiques. Il est 14h30, la ville est assoupie et seuls quelques jeunes gens et jeunes filles bronzés déambulent dans les rues. Mais la nuit l'ambiance doit être plus que chaude.

La plage du cap tout proche ne nous attire pas et nous reprenons la voiture pour en chercher une plus agréable. Katia nous a d'ailleurs dit que les plages de l'est sont caillouteuses alors que les plus belles plages de sable se trouvent à l'ouest. Vers 15h30 nous nous arrêtons entre Marathias et Agios Georgios, au bord d'une longue plage de sable blond. Nous laissons la voiture et marchons vers la gauche pour nous éloigner de la zone touristique, avec ses bars, ses parasols et ses chaises longues payantes. Très vite les humains se raréfient et nous posons nos serviettes à des dizaines de mètres des plus proches vacanciers. Le sable est très fin, mais très chaud. La plage est légèrement en pente, surplombée par une falaise, et l'eau est agréable, sans être vraiment chaude. Nous sommes raisonnables et ne lésinons pas sur la crème solaire. Le vent léger atténue la sensation de chaleur sur la peau. C'est un petit coin de paradis !

Vers 18h00 il est temps de rentrer. Le retour s'effectue sans encombre, nous ne nous trompons qu'une seule fois de route. Pour le dîner nous restons toujours à l'intérieur du restaurant.

Après dîner nous allons nous connecter à Internet sur l'un des deux postes en libre service. Cela nous permet de donner des nouvelles en direct à Benjamin et Solène, via MSN. C'est beau la technologie.

Puis nous suivons la foule qui descend vers le club enfants, dans la partie 4* de l'hôtel. Apparemment il va y avoir un spectacle proposé par les G.O.1 Nous sautons sur la dernière table libre, pour être assis. Les consommations sont peu variées : café ou bière. Après la fin du spectacle donné par les enfants devant leurs parents émerveillés, les G.O. entrent en scène, costumés, et nous offrent des extraits de spectacles très connus : Grease, Abba, Lord of the Dance et Notre-Dame de Paris. Cela reste amateur mais c'est de bonne facture, on sent qu'il y a du travail et du sérieux pour présenter ce spectacle. C'est sans prétention mais très sympathique. Par contre nous fuyons au moment du tableau final où tous les spectateurs sont invités à se lever et à imiter les gestes des G.O. Il est presque 23h00 et c'est une bonne heure pour se coucher.

1 Gentils Organisateurs

Plage de l'ouest