Aujourd'hui notre objectif est Paleokastritsa, au nord-ouest de l'île. C'est une zone très touristique mais tous les guides insistent sur la beauté des paysages, alors nous allons voir. Nous prenons une petite route juste à la sortie de l'hôtel. Elle monte de façon si abrupte que je dois utiliser la première de la voiture ! Très vite nous surplombons toute l'île, en serpentant entre les oliviers. C'est l'heure des livraisons et dans plusieurs villages des gens font la queue à l'arrière de camions pour acheter des légumes, du pain, etc. Nous apercevons plusieurs femmes en costume traditionnel, robe noire et foulard.

Nous nous arrêtons dans un premier vieux village, Liapades, avec une belle plage au fond d'une crique. Le village est tellement étroit qu'une grande partie est interdite aux véhicules. Nous nous promenons à pied le long des ruelles. Nous achetons une bouteille d'eau à 0,60 € dans une échoppe, alors qu'on trouve les mêmes à 0,23 € dans n'importe quel supermarché. C'est la rançon du tourisme.

Nous continuons vers le village de Lakones, construit à flanc de montagne et qui surplombe Paleokastritsa. Le point de vue sur la mer d'un beau bleu vert est magnifique, malgré la brume de chaleur, qui gêne pour les photos. Le village est tout en longueur, et une seule rue, étroite, le traverse. Comme c'est une route malgré cela très fréquentée, un feu tricolore régule la circulation sur une bonne portion de la rue. Il dure pas moins de six minutes, le temps de faire passer suffisamment de voitures, et de camions aussi.

Nous voulons aller vers le fort Angelokastro, l'un des plus importants forts byzantins de Grèce, mais la route est barrée. Les panneaux n'étant écrits qu'en grec, nous sommes obligés de renoncer sans savoir pourquoi la route est interdite.

Nous arrivons enfin à Paleokastritsa. La ville elle-même n'a que peu d'intérêt, et finalement la vue était beaucoup plus belle depuis les hauteurs. La circulation est très dense, et la foule de touristes agglutinée autour des boutiques n'incite pas à se promener. Les loueurs de quads, engins très prisés sur l'île, sont encore plus nombreux qu'ailleurs. Nous continuons jusqu'au monastère Moni Theotokos qui paraît intéressant, mais il est 14h00 et le monastère est fermé de 12h00 à 15h00. Pas de chance, pour une fois qu'il y avait autre chose à voir que des paysages.

La journée de tourisme tourne court et du coup nous cherchons une plage plus tôt que prévu. Notre choix se porte sur Glifada, un peu au sud, sur la côte ouest toujours. Katia, l'hôtesse d'Héliades, nous l'avait conseillée et pour une fois elle est indiquée sur des panneaux. Comme souvent, on accède à la plage par une route à pic et en lacets. Nous trouvons une place à l'ombre sur le parking et nous marchons un peu vers l'extrémité de la plage, où nous nous installons sans difficulté. Heureusement il y a un chemin en caillebotis, ce qui facilite la marche sur le sable toujours brûlant. La plage est ici aussi superbe : le sable est très fin, le fond de la mer n'est que du sable, l'eau est tiède et la pente est douce pendant des dizaines de mètres dans l'eau. Nous nous prélassons deux bonnes heures au soleil. Après tout cette année nous sommes surtout venus pour ça.

A 17h30 je décide de rentrer à l'hôtel pour prendre un peu de repos dans la chambre. Pour aller plus vite nous rentrons par la route principale. Nous nous arrêtons dans un petit supermarché mais je repars du parking à l'envers. Heureusement Christine s'en aperçoit rapidement et nous rebroussons chemin.

A la sortie de Corfou, la lumière de fin d'après-midi est très belle et la vue est magnifique sur l'îlot surmonté du monastère de Vlacherna et la célèbre île de Pontikonissi (surnommée "île de la souris"), avec l'église de Pantocrator. Impossible de ne pas s'arrêter prendre des photos. De ce point de vue nous avons aussi la vue directe sur la piste de l'aéroport qui est effectivement au bord de l'eau. Du coup, après cet arrêt impromptu et avec la circulation plutôt dense, nous arrivons à l'hôtel plus tard que les autres jours. Tant pis pour le repos à la chambre. Le temps de nous préparer et il est largement temps d'aller dîner.

Après dîner nous nous connectons à Internet pour bavarder quelques minutes avec Solène. Puis nous allons près de la piscine où sera présenté un spectacle de danses grecques. Quatre femmes et deux hommes présentent différentes danses, habillés de trois costumes différents. En particulier nous pouvons voir de près le fameux costume masculin à jupette et à pompons des evzones. Le public est largement invité à participer, ce qui donne un aspect club de vacances qui ne nous plait pas plus que ça. Mais il est malgré tout intéressant de découvrir la culture grecque, même par le petit bout de la lorgnette. Certaines danses d'hommes sont très spectaculaires et très physiques. Nous nous amusons à regarder les danseurs avec un oeil sans doute différent de la plupart des autres touristes, dû à notre expérience de danseurs folkloriques.

Le spectacle finit après 23h00, il est donc un peu tard pour prendre un cocktail au bar. En rentrant à la chambre je constate qu'il manque le panonceau "Make up the room". Ajouté à la propreté discutable de quelques couverts au repas, cela confirme la différence de niveau de service avec certains hôtels où nous sommes allés.

Danseurs grecs