Après le petit déjeuner nous partons visiter l'île avant de la quitter. Les paysages ne sont guère différents de ceux du continent. Nous voyons au loin un homme courbé sur sa bêche en train de découper les fameux pavés de tourbe. Le temps est pluvieux, avec des éclaircies, mais la lumière est très belle. A un moment j'aperçois un petit port perdu, face à des falaises. J'emprunte la route qui y mène, en cul de sac. Le paysage est sauvage mais sublime : lande, herbe verte, vagues, embruns, bateaux de pêche, goélands et moutons. Nous profitons du spectacle jusqu'à l'arrivée d'une barque. Nous attendons son arrivée et comme nous sommes les seuls humains dehors, je propose d'aider le pêcheur à amarrer sa barque et à remonter son seau de poissons. Il a un fort accent irlandais mais fait un effort pour échanger quelques phrases avec moi, avec le sourire. Ne comprenant pas tout de suite ce qu'il me dit je lui fais perdre quelques poisons encore vivants, mais cela n'entame pas sa bonne humeur. Il nous montre fièrement sa pêche et nous dit avoir soixante-dix ans. Devant notre étonnement il rit en affirmant que c'est le poisson et la Guinness qui l'ont bien conservé. Il nous salue de la main quand nous quittons le petit port. J'apprécie particulièrement ce genre de rencontres, si loin des circuits touristiques.

Nous cherchons ensuite un village abandonné nommé desert village. Nous le trouvons assez facilement mais nous sommes déçus : il ne reste que quelques amas de pierres informes, très éloignés d'un village, même désert. Seul le petit cimetière attenant a un aspect inquiétant, à flanc de colline, sous la pluie et les nuages gris.

Nous continuons la route Atlantic Drive qui oscille entre la côte et l'intérieur des terres. Nous nous arrêtons en haut d'une plage de sable blond magnifique. Christine remarque que « l'été ça doit être super »… en oubliant que nous sommes début août ! Nous suivons aussi un troupeau de moutons à tête noire, en liberté sur la route.

Nous quittons Achill Island et la zone côtière pour retourner dans l'intérieur des terres, en direction d'Athlone, où est notre prochain B&B. Le paysage et les maisons changent rapidement et on a parfois l'impression d'être en Bourgogne. Nous traversons Athlone pour atteindre le site de Clonmacnoise, un autre site incontournable de la région. Et pourtant la route qui y mène est très étroite. Par malchance la pluie se met à tomber au moment où nous y arrivons, après une journée plutôt clémente. Nous commençons la visite par un film en français sur l'abbaye. Construite au VI ème siècle, elle fut détruite dès le XVI ème siècle, après un grand nombre de pillages par les Anglais, les Vikings et les Irlandais eux-mêmes. L'abbaye était formée d'un grand nombre de bâtiments dont une poignée seulement subsiste : quelques églises et une tour ronde défensive. L'accès à celle-ci se faisait par une porte surélevée, grâce à une échelle qui était retirée pour assurer la sécurité. Beaucoup d'anciennes églises ont ainsi conservé au moins une tour de défense, signe des affrontements fréquents en Irlande. Le terrain entre les bâtiments est toujours occupé par des tombes surmontées de croix celtiques. Le site est magnifique mais il y a un peu trop de visiteurs à mon goût. Je m'applique pourtant à éviter les gens sur mes photos, lesquelles sont difficiles à prendre avec la pluie incessante.

Le site comporte trois croix monumentales sculptées, disposées sur un cercle dont le centre est dans la cathédrale. Celles qui sont dehors sont des reproductions, les originales sont à l'abri dans un petit musée moderne. Après un long moment à tout visiter, admirer et photographier, nous quittons le site, chassés par la pluie.

Nous trouvons facilement le B&B, la Villa Saint-John, grâce aux indications fournies par Internet. L'hôtesse nous paraît tout juste aimable, bien qu'accueillante. En face du B&B une station service nous permet de faire le plein d'essence, prendre de l'argent à un DAB, poster nos cartes et faire quelques emplettes. C'est bien pratique. Nous reprenons la voiture pour aller en ville chercher de quoi dîner. Nous choisissons rapidement une pizzeria tenue par des italiens parlant un peu français. Les pizzas et les pâtes sont excellentes. Après dîner nous faisons une courte promenade le long du Shannon. Sur les quais au bord de la rivière on se croirait à Londres, et plus vraiment en Irlande.

Nous choisissons ensuite un pub qui propose de la musique ce soir. C'est sans doute le pub le plus typique que nous ayons vu jusqu'à maintenant et je ne suis pas sûr qu'il y ait d'autres étrangers que nous. Tant mieux, même si certains regards en coin nous rappellent que nous sommes étrangers. Au moment où nous entrons une table se libère et nous en profitons. La table est littéralement couverte de verres vides et j'en profite pour faire une photo, comme si nous avions déjà bu autant. L'ambiance est extra et nous sommes très contents. Un peu plus tard deux musiciens (claviers et guitare) s'installent face à nous et commencent à interpréter des standards pop et rock (Police, Clapton, Marley, etc.). La musique me plait bien mais pas aux autres membres de la famille. Nous rentrons donc assez rapidement, à 22h30. A l'extérieur du pub plusieurs taxis attendent, moteur coupé. Nous supposons qu'ils serviront à raccompagner les clients les plus éméchés. Une preuve de plus de la différence entre la culture anglo-saxonne et la culture latine (la nôtre).