En 2000 Phil Collins a été frappé de surdité soudaine, une maladie rare qui a fait décliner son audition en l'espace d'une soirée à Los Angeles. Ce qui l'a empêché de jouer pendant de long mois. Il a également été victime de calculs à la vésicule biliaire qui lui ont occasionné une hospitalisation.

Mais le plus grave est le traumatisme au dos qu'il a révélé en octobre 2009 dans une interview donnée au journal allemand Hamburger Abendblatt. Selon lui, après presque cinquante ans à jouer de la batterie, ses vertèbres cervicales ont écrasé sa moelle épinière à cause de la position dans laquelle il jouait. Malgré une opération tentée après la tournée mondiale de Genesis en 2007 et une nouvelle luxation des vertèbres cervicales, la situation s'est aggravée : ses douleurs cervicales ont disparu mais la sensibilité de ses doigts aussi. Phil avoue ne plus pouvoir tenir les baguettes correctement sans souffrir, au point de parfois avoir envie de scotcher les baguettes à ses mains pour arriver à jouer, dit-il avec humour. Pour rassurer ses fans inquiets il a déclaré : « Ne vous inquiétez pas, je peux toujours chanter. »

Quoi qu'il en soit il restera pour moi, et pour la postérité, comme un batteur infiniment doué, éclectique et inspiré, doublé d'une personnalité sympathique et humaine. Son fameux duel à la batterie avec Chester Thompson reste pour moi un des meilleurs souvenirs musicaux depuis 1979.