L'association cherchait un groupe local pour une animation folklorique entre la fin du congrès et le repas de gala du soir. Grâce à notre site Internet et à la réactivité de notre présidente, nous avons été embauchés.

Quand nous arrivons dans le hall le congrès n'est pas encore terminé. Certains nous regardent furtivement, sans doute interloqués par nos costumes. D'autres viennent nous parler et nous poser des questions. La salle est bondée et il y fait une chaleur de four. Quand les discours sont terminés, une marée humaine quitte la salle pour aller qui aux toilettes, qui fumer à l'extérieur. Nous en profitons pour entrer furtivement dans la salle, passer dans les coulisses derrière la scène et nous préparer. J'étais inquiet pour la taille de la scène mais elle est encombrée de fauteuils et de plantes vertes, du coup nous aurons un espace plus restreint et plus convenable pour danser.

Nos deux musiciens s'installent et rapidement nous devons nous lancer. Plusieurs danseuses sont stressées, moi je suis amusé du fait de me produire sur une scène que j'ai vue tant de fois en tant que spectateur. La salle est loin d'être pleine mais le public assis représente quand même plusieurs centaines de personnes. Nous présentons trois parties de danse de vingt minutes chacune, comme d'habitude. La concentration, le côté inhabituel du lieu et les circonstances créent une alchimie positive : nous dansons de façon impeccable, comme rarement nous l'avons fait. Tous les danseurs sont synchrones, les danses s'enchaînent bien, tout va bien. Solène a accepté de venir faire des photographies pour immortaliser ce moment unique. Car il est peu probable que nous nous produisions une autre fois sur cette scène.

Non seulement nous sommes contents de nous mais nous résistons à deux bourdes des musiciens. La première, pas très gênante, où ils jouent une bourrée droite à la place de la musique de la sole. L'autre, plus grave, où ils inversent carrément les deux phrases musicales de la bourrée tournante valsée d'Ardentes. Et là ça pose un gros souci car il est très difficile de mettre des pas sur une autre musique que celle habituelle. Nous faisons mine de rien et nous dansons quand même mais cela entraîne quelques fautes, ce qui est tout à fait excusable.

Pour terminer la prestation nous finissons la dernière danse en parcourant la salle et nous sommes chaleureusement applaudis. Enfin un officiel nous remercie, micro en main. Ca fait plaisir. Avant de partir on nous offre une boisson et des croissants.