Comme dans le jeu, il s'agissait de trouver le nom de la victime, le meurtrier et l'arme du crime en recherchant des indices disséminés dans les oeuvres des trois musées gratuits de Bourges : musée du Berry, musée Lallemant et musée Estève. Le jeu se déroulait de 20h00 à 23h45, et avant minuit un tirage au sort devait désigner quinze gagnants parmi les bonnes réponses.

A 20h00 précises nous nous rendons au musée du Berry, le plus proche de chez nous. A l'entrée on nous remet un fascicule avec les énigmes, une feuille de réponse, une planchette de bois et un crayon. Et c'est parti ! C'est aussi l'occasion de visiter, ou revisiter, nos musées. J'aime beaucoup celui du Berry car il ressemble à un grenier familial géant. On y trouve côte à côte des meubles, des poteries, des vêtements, des outils, des fragments d'édifices romains, des sculptures et bien sûr notre fameuse momie égyptienne dans son sarcophage. Rapidement il s'avère que les indices sont très faciles à trouver. A la simple lecture des questions nous trouverons même les trois indices du musée Estève avant d'y aller. Mais qu'importe, le but n'est pas de coller les gens mais de les inciter à sortir de chez eux et à découvrir leurs musées municipaux. Et le pari est réussi quand on constate que de très nombreuses personnes sont venues faire le jeu. On se bouscule dans les musées et les rues de l'un à l'autre sont très animées. En plus c'est la première soirée sans pluie et à peu près douce depuis longtemps.

Dans chaque musée des conteurs lisent des contes de différents pays, pour les enfants et les adultes. Ainsi nous écoutons une histoire égyptienne, "Le prince aux trois destins" et une histoire chinoise, "La grenouille qui devint empereur".

Nous continuons par le musée Lallemant puis par le musée Estève, où nous rendons nos feuilles de réponse. Les réponses disent qu'Agnès Sorel aurait été assassinée par une bergère à l'aide d'une corde. Un anachronisme assumé et expliqué par une dernière feuille explicative remise en échange des réponses. Une hôtesse souriante (comme toutes les autres) nous remet aussi un diplôme d'enquêteur. Amusant. Il est tôt, à peine 23h00, nous en profitons donc pour flâner dans les rues éclairées de Bourges. Nous poussons jusqu'au palais Jacques Coeur, illuminé par le son et lumière estival (dans le cadre des Nuits de lumière). Nous rentrons tranquillement en passant par la cathédrale, les jardins de l'archevêché, encore ouverts, et la place Séraucourt.