Le frère du professeur de flûte de Solène (qui, au passage, a le même prénom et la même date de naissance que moi) nous a gentiment invités à voir un film dans sa salle de cinéma privée. Il est passionné de cinéma et a transformé le sous-sol de sa maison en salle de cinéma et en musée du cinéma. Sa collection regorge de projecteurs et de caméras de tous types et de toutes époques, parfois très anciens. Sans oublier les divers accessoires utilisés dans les salles de cinéma de notre jeunesse. Une pièce m'a particulièrement plu : un distributeur de billets avec les rouleaux de billets originaux en... anciens francs !

Le plus incroyable est sa cabine de projection dans laquelle trônent deux véritables projecteurs de cinéma, à bobines. Il y a aussi une petite climatisation pour pallier le dégagement de chaleur. Dans la salle sont disposées quatre rangées de quatre sièges très confortables, récupérés dans l'ancien complexe Concorde lors de sa fermeture. L'écran est un véritable panneau d'écran professionnel, micro perforé pour laisser passer le son des enceintes placées derrière.

Avant le film il nous passe une grosse bobine faite de publicités et de bandes annonces des années 80, collées bout à bout. Une merveille. Quant au film, nous avons choisi Master and Commander. Et la séance est un régal, très proche d'une séance dans un cinéma et très éloignée du visionnage sur le meilleur écran plat possible. L'image de presque cinq mètres de largeur emplit le champ de vision et le son nous enveloppe grâce aux multiples enceintes. Le bonheur.

Depuis longtemps je rêve de me fabriquer ce genre de salle et cette expérience m'a convaincu d'y arriver coûte que coûte.