Même si la grève est finie, l'approvisionnement en essence n'est pas revenu à la normale. Au moment où nous rentrons à l'hôtel nous croisons le loueur de voitures venu récupérer notre véhicule. Nous lui expliquons que nous ne pourrons pas remplir le réservoir et il peut constater que nous avons bien tenté de trouver de l'essence. Du coup je lui paye en liquide l'équivalent d'un demi-plein, soit trente-deux euros, le prix de l'essence étant plus élevé qu'en France. En passant devant la réception nous demandons si nous aurons droit au dîner demain soir. La réponse est négative, notre formule all inclusive s'arrêtant après le déjeuner. Par contre nous pourrons garder les serviettes de plage et profiter du bar quand même.

La journée se passe pour la dernière fois à la plage. Après le déjeuner nous restons un moment au bar pour écrire les dernières cartes postales et nous quittons la plage vers 19h00, quasiment les derniers. Christine prend plaisir à se baigner absolument seule dans la mer : aussi loin que le regard porte il n'y a qu'elle dans l'eau. Il n'y a pas d'animation particulière le soir, juste un accompagnement musical, où notre pote le DJ change enfin les titres qu'il passe. Nous prenons un cocktail et plusieurs cafés et nous faisons quelques dernières photos avant de passer notre dernière nuit à l'hôtel.

Devant la chambre