Samedi nous faisons l'état des lieux avec le propriétaire, nous déposons les affaires apportées par Solène pour personnaliser son chez-soi et faisons quelques courses de première nécessité. J'installe aussi la Neufbox qui lui permettra d'avoir Internet, la télévision et la radio. Le luxe. Le soir nous retrouvons les cousins Sandrine et Pascale, et leurs enfants, pour un dîner très sympathique à l'un des quatre Buffalo Grill de Caen.

Après avoir déposé Solène chez elle nous cherchons l'hôtel que j'ai réservé. C'est une perle rare, un hôtel en plein centre ville à 47 euros, simple mais très propre et bien équipé (wifi gratuit, écran plat et TNT, douche). L'accueil est particulièrement convivial puisqu'on nous remet spontanément une documentation touristique sur Caen assortie de quelques explications.

Après une bonne nuit nous savourons un petit-déjeuner tout à fait honnête, surtout à 5,50 euros ! Nous passons prendre Solène et nous prenons la direction de Ouistreham, à quinze kilomètres à peine. De nombreux monuments, stèles et plaques perpétuent le souvenir du Débarquement de 1944. Au bord de la mer nous visitons le monument à la mémoire du commando Kieffer, seul commando de Français ayant participé au Débarquement. Et, sur la flamme métallique surmontant le monument, quelle n'est pas notre surprise de voir le nom de jeune fille de Christine gravé sur l'acier, au milieu des noms de tous les membres du commando, tués ou non ! Christine savait par des recherches généalogiques qu'un membre de sa famille avait participé au commando mais ignorait complètement qu'il y avait une preuve si visible.

Monument du commando KiefferNous continuons notre balade le long du littoral. C'est très agréable car la période touristique est bien finie et il y a peu de monde. En passant à Lion-sur-Mer nous apercevons plusieurs personnes en combinaison de plongée accompagnées de superbes Terre-Neuve harnachés de gilets fluorescents. Nous nous arrêtons et observons un bon moment l'entraînement de ces chiens spécialisés dans le sauvetage en mer. Ce ne sont pas des sauveteurs professionnels mais de simples amateurs appartenant à un club. Non loin de là nous voyons avec une stupeur une jolie blonde sa baigner entièrement nue, dans une eau à peine à 12° ! Nous faisons une halte à Saint-Aubin-sur-Mer pour déjeuner. On a vraiment l'impression d'être en vacances.

Nous continuons jusqu'à Arromanches, là où l'un des ports artificiels imaginés par Churchill fut construit. Nous nous arrêtons en haut de la falaise qui surplombe la ville de façon à avoir une bonne vue sur les vestiges du port artificiel. Je suis toujours impressionné, voire ému, de voir en vrai les vestiges de la gigantesque bataille qui a permis de libérer la France. Vestiges qui s'effacent avec le temps, aspirés par le sable ou détruits par le vent et la pluie. A côté du parking se trouve une salle de cinéma à 360°, Arromanches 360. Nous allons y voir un film de trente minutes, "Le Prix de la Liberté", projeté sur neuf écrans, formant un cercle. Le film mêle images d'archives inédites filmées en juin 1944 par les correspondants de guerre et images actuelles tournées sur ces mêmes lieux. Il a été créé réée pour le cinquantième anniversaire du Débarquement. Très impressionnant.

Nous rentrons ensuite à Caen et laissons Solène avant de reprendre la route de Bourges. En passant devant l'aérodrome je remarque que les Alpha Jet de la patrouille de France sont toujours garés au pied de la tour de contrôle. En effet ce dimanche s'est déroulé un grand meeting aérien pour commémorer le centenaire de l'aéroclub de Bourges. Je gare la voiture pour prendre au moins une photo des avions à travers e grillage. Mais les portes sont grandes ouvertes puisque le meeting est terminé depuis plusieurs heures. Je prends mon appareil photo et vais prendre quelques photos des avions, avant d'être éconduit avec les derniers amateurs restés sur le tarmac.

Alpha Jet de la patrouille de France