Montluçon n'est pas une ville folichonne mais les photos et la description de l'hôtel trouvées sur Internet m'ont alléché. Cette fois je n'ai donné aucune indication à Christine, à part une photo du château... de Disneyland ! En effet sa perspicacité lui avait permis de deviner nos dernières escapades malgré les maigres indices que je lui avais donnés.

L'hôtel est situé au bord d'un petit parc public, au milieu d'immenses arbres certainement centenaires. C'est un superbe manoir médiéval, flanqué d'une chapelle du XIIème siècle, parfaitement conservé. L'accueil est à la fois stylé et chaleureux. La réceptionniste, très jeune comme les autres membres du personnel, nous appelle par notre nom, c'est la première fois que ça nous arrive. Un bagagiste nous conduit à notre chambre, qui est en fait une mini suite formée d'une grande chambre et d'un salon attenant. Les meubles sont jolis et semblent d'époque.

Salon de la chambre du château Saint-JeanAprès avoir défait nos bagages nous faisons un tour rapide de l'hôtel. La chapelle, qui était un lieu de culte des Chevaliers de l'Ordre de Malte sur la route de Saint-Jacques de Compostelle, abrite le restaurant gastronomique où nous dînerons ce soir. Puis comme il fait très beau nous allons faire un tour dans le parc, profiter des arbres et du soleil.

En revenant à l'hôtel nous prenons un thé dans le superbe salon. Nous sommes les seuls et il y a très peu de voitures sur le parking. Je propose ensuite à Christine de faire une partie de billard américain. A mon étonnement, elle accepte. Nous rentrons à la chambre, profiter un peu du salon et de la vue sur le parc. Puis nous nous habillons pour le dîner.

Au restaurant l'accueil est toujours aussi stylé, par du personnel toujours très jeune. Le cadre est magnifique car l'ancienne chapelle a été parfaitement conservée dans son style originel. Le restaurant est plein, la plupart des convives étant venus de l'extérieur. Deux détails montrent le bon niveau de service du restaurant : la carte remise à Christine ne comporte pas les prix et le maître d'hôtel prend la commande de mémoire, sans prendre de notes. Les plats sont excellents, raffinés et en quantité suffisante. Nourriture et cadre, tout est parfait. Nous demandons à prendre le café au salon, où il nous est servi de façon raffinée. Il y a même une carte des cafés, comme une carte des vins.

Salon du château Saint-JeanLe lendemain matin nous sommes seuls dans la salle du petit déjeuner. Peut-être le changement d'heure survenu cette nuit y est-il pour quelque chose ? La salle est attenante à une grande salle comportant un grand parquet au milieu, entouré de carrelage. Quatre chaînes reliant le sol au plafond nous intriguent, une à chaque coin du parquet. Nous comprenons que le parquet recouvre en fait la piscine. Malheureusement elle est en travaux et nous n'avons pas pu en profiter. Alors que tout s'était parfaitement déroulé jusque là, le petit déjeuner est une grosse déception. Il est tout simplement indigne du standing de l'hôtel. Le café est servi à partir d'une machine collective, il n'y a ni céréales, ni charcuterie, ni oeufs, et les produits proposés sont tout à fait quelconques.

En allant régler la note j'en fais la remarque à la réceptionniste, qui n'a pas l'air surprise et qui me conseille de noter ma critique sur la fiche d'évaluation. Je le fais immédiatement, sans oublier d'indiquer ma satisfaction pour toutes les autres prestations. Juste avant de partir je demande l'autorisation d'aller faire quelques photos dans le restaurant de la chapelle, désert à cette heure-ci.

Nous prenons la route et sommes à Bourges en début d'après-midi après encore un très agréable moment passé tous les deux.

Restaurant du château Saint-Jean