Ce concert, surnommé concert des Potes car beaucoup de membres fidèles du forum consacré à Marie avaient l'intention d'y assister, est prévu depuis novembre 2009. Et depuis lors la fièvre et l'excitation n'ont fait que croître. Plus de cinq cents messages ont été écrits autour de ce concert exceptionnel et plus de vingt-cinq Potes sont fermement inscrits. Ce concert est unique pour plusieurs raisons : c'est le dernier concert d'une tournée de plusieurs années, Marie va annoncer la séparation du groupe actuel, elle arrête momentanément la scène pour se consacrer à l'enregistrement en studio de son troisième album et va sans doute changer de maison de production. Autant de raisons qui le rendent incontournable. J'avais raté l'autre concert exceptionnel à La Cigale, je ne pouvais rater celui-ci. L'autre particularité de ce concert est le projet de faire une after surprise en compagnie de Marie et ses musiciens, après le concert. Chacun a prévu d'apporter de quoi boire ou manger, à mettre en commun, et les organisateurs mettent gracieusement à disposition une salle pour nous retrouver. L'idée a rapidement germé d'offrir des petits cadeaux personnalisés à nos musiciens. Après moults échanges sur le forum ce sera un chapeau blanc et noir pour Babar, une cymbale dédicacée pour Damien et une "boîte à babioles" pour Marie, décorée de dessins de Caro et contenant des objets rappelant ses chansons et des photos couvrant les six années de sa jeune carrière.

Vendredi matin Solène confectionne gentiment deux gâteaux au chocolat. Et en sortant du boulot Christine fait cuire une grosse tournée de gougères. C'est d'autant plus sympa qu'elle ne peut malheureusement pas m'accompagner, retenue par une obligation à Brug Arvor. J'en suis triste car un moment comme celui-ci n'aurait été parfait que si on l'avait vécu ensemble. A peine les gougères sorties du four je saute dans la voiture en direction de Monthou-sur-Bièvre. Je suis chargé comme si je partais une semaine : nourriture, tente et duvet (au cas où), appareils photos, divers papiers imprimés pour Marie (dont la carte de France avec l'origine des Potes, la plus éloignée venant de Metz), etc. J'arrive évidemment le premier, à 18h30. J'appelle Ben qui est parti chercher Bafien à la gare. Par la porte entr'ouverte j'entends les dernières répétitions de Marie et de ses musiciens. Une affiche spécifique pour le concert a été fabriquée mais la photo retenue n'est pas la plus avantageuse pour Marie.

Les premiers Potes à arriver sont Louka, Mymy et Troubadour, de Niort. Petit à petit tous les autres arrivent, y compris les parents de Marie et même Patdun, le père de Franck, qui a été remercié il y a déjà un moment. Ca me fait plaisir de le revoir. Chacun va payer sa place, réservée par Ben. Le ticket est joli, avec une photo de Marie en couleurs et un feuillet recto-verso est remis à chaque spectateur, avec la biographie et le parcours de Marie et de ses musiciens. Sympa. Mais là, mauvaise surprise : l'organisation a numéroté les places en fonction de l'ordre des réservations et, bien que le concert soit prévu de longue date, la réservation ferme pour les Potes est relativement récente, du coup nous sommes placés... au fond de la salle ! Ben n'est pas très content mais n'y peut rien. Le petit moment de contrariété passé nous décidons d'assister au concert debout ou assis par terre devant la scène, ce qui règlera le problème. Pendant que Ben est occupé, nous écrivons sur la carte qui lui est destinée. Louloutte, qui a confectionné la "boîte à babioles", nous montre son contenu et se dépêche d'inscrire au dos de chaque photo la date et le lieu. A 20h30 la salle est pleine et le public attend Marie. Comme prévu plusieurs Potes sont venus s'asseoir par terre au pied de la scène, tandis que je reste masqué par les rideaux noirs du côté, pour prendre des photos.

A 20h45 Marie entre seule en scène, en silence, habillée d'un jean slim noir et de bottines couleur havane. Elle attaque avec "T'es où ?" à l'accordéon. Puis les musiciens entrent en scène et là je découvre les nouveautés survenues en un an. Damien et Christophe ont les cheveux courts ! Et le piano électronique tant décrié après le concert de Salbris a fait place à une guitare électrique maniée par un nouveau venu (pour moi), coiffé d'un chapeau. Il paraît clair que les arrangements vont revenir à ce qu'ils étaient à l'époque où Franck faisait partie du groupe. Je découvre surtout avec plaisir une coloration résolument rock sur de nombreux morceaux, créée par les deux guitares de Marie et Patrice Bui (le nouveau), la basse de Christophe "Babar" et la batterie de Damien qui sonne juste et ne prend plus le pas sur les autres instruments. Sur "Tapis volant" par exemple on a droit à de chouettes riffs de guitare par Patrice, qui me font sourire de plaisir. Ce guitariste est excellent, vraiment. Le concert se déroule de façon impeccable, on sent que tout est bien huilé, bien répété et bien maîtrisé. Les enchaînements sont propres, Marie dit quelque mots avant certaines chansons, comme d'habitude. Elle ne commet aucun de ses plantages si craquants. Plusieurs nouvelles chansons (depuis La Cigale) sont intercalées avec des anciennes : "Ma parole", "Dites-moi" ou "Ca dort". La version de "Café noir" est encore une fois très belle et "Apprends-moi à en rire" m'émeut toujours autant...

Après quinze chansons, Marie et les musiciens sortent de scène et Marie revient seule, avec une guitare sèche. Elle explique qu'elle a fait le tour du concept Marie Cherrier actuel et que maintenant il faut l'appeler... Billie ! Flottement parmi les Potes : est-ce un clin d'oeil, un indice de la nouvelle route que veut emprunter Marie ? Toujours est-il que la chanson suivante s'appelle en effet "Billie" et raconte l'histoire d'une fille très amoureuse. Suivent "Comme tu m'vois" et "La cavale" (noms inscrits sur la set list). J'ai été très ému par le dépouillement de ces trois nouveaux titres. La voix de Marie, son émotion, sa force, sa colère presque, m'ont beaucoup plu. C'est un joli retour aux sources.

Les musiciens reviennent dissiper l'émotion par une belle version de "Manouche" et un "Pas d'ma faute", avec Damien au cajon, où tout le public participe. Les musiciens s'éclipsent une nouvelle fois et, surprise, Marie dit un mot plutôt sympa pour Franck et annonce qu'elle termine avec leur chanson fétiche d'alors, "Le bistrot", en espérant que ceux qui connaissent bien la chanson feront les choeurs. Là, une vague d'émotion brute balaye et Marie et les plus anciens Potes. Marie évite soigneusement de regarder dans notre direction mais finit malgré tout les larmes aux yeux, comme moi et comme d'autres. Ce bel hommage à Franck était certainement espéré par nous tous mais loin d'être évident. Après un dernier salut, Marie remercie spectateurs, bénévoles, musiciens et même les Potes du forum, puis les quatre musiciens quittent la scène pour de bon : il est 22h30.

Le temps que la salle se vide, quelques Potes s'installent par terre pour écrire des petits mots sur des feuillets destinés à chacun des musiciens, ceux qui jouaient avec Marie ce soir et ceux qui ont joué avec elle dans le passé. Puis les victuailles apportées par chacun sont disposées sur des tables et l'apéro (au champagne, s'il vous plaît !) est servi. Il y a du pain de campagne cuit au four, des gâteaux, des tomates cerise, des fromages de Valençay, différents saucissons, des gougères, des rillettes, etc. Quand tout le monde est prêt quelqu'un va chercher Marie, Damien, Christophe et Patrice. Marie paraît quelques instants interloquée mais comprend vite ce qui se passe. Elle est radieuse, souriante et visiblement de bonne humeur. Les cadeaux sont remis à Christophe, Damien et Ben (Patrice n'en a pas) et Louloutte remet elle-même sa "boîte à babioles" à Marie. Celle-ci s'empresse de l'ouvrir et de découvrir les objets et les photos : Stimorol, pinceaux, ballons de baudruche, mediator, rubans, Petit Beurre (en plastique), etc. Les photos l'intéressent beaucoup car elle doit avoir l'impression de revoir un film accéléré des six dernières années. Elle s'exclame sur les plus insolites : son premier concert, elle à la batterie, Babar avec les cheveux très longs, etc. Spontanément elle fait la bise à tout le monde, apparemment émue et contente. Elle se prête gentiment à quelques photos avec les Potes. Un buffet froid est ensuite proposé et tout le monde grignote, à table ou debout. A 0h01 Marie trinque avec Mikog pour son anniversaire, toujours souriante. Elle s'éclipse avec sa soeur, Caro, et ses musiciens vers 1h20. Ceux qui restent sont poliment poussés vers la sortie par les organisateurs qui veulent aller dormir. Nous restons une douzaine sur le parvis, dans le noir, à discuter de la soirée, du forum, de Potes absents, etc. Vers 2h30 la raison me pousse à partir (vu le week-end hyper chargé qui s'annonce) et je quitte les Potes à regrets. L'heure de route me semble interminable et j'ai le temps de repasser dans ma tête la soirée vraiment particulière que je viens de vivre. En me couchant je vois 3h58 sur le réveil... mais pas 3h59 !

  1. T'es où ?
  2. Gardez bien vos moutons
  3. Ma parole
  4. Les baleines
  5. Marchand d'froufrous
  6. Paysage perdu
  7. Joyeux Noël
  8. Le temps des noyaux
  9. Ben alors quoi ?
  10. C'est dégueulasse
  11. L'air du temps
  12. Le café noir
  13. Apprend-moi à en rire
  14. Dites-moi
  15. Ca dort
  16. Billie
  17. Comme tu m'vois
  18. La cavale
  19. ---
  20. Manouche
  21. Pas d'ma faute
  22. ---
  23. Le bistrot



Photos